Le blog d'Atlas Aventure

La Dordogne de villages en barrages

Date : du 09 juin au 15 juin 2018


Secteur géographique : vallée de la Dordogne de Bort les Orgues à Argentat avec topo de l’association de Villages en
Barrages.


Animatrice : Mady KOZLOWSKI
Nombre de participants : 11 animatrice comprise (8 F , 3H)
Classement Atlas du séjour : Facile

Temps de préparation : 25h
Météo :belle météo dans l’ensemble

 

 

                                                  pho10.jpg

 

 

JOUR 1

Départ de Clermont Ferrand à 8heures et arrivée à Bort les Orgues à 9h30. Avant le départ de l’itinérance,

visite dusite EDF au barrage de 10h à 11h avec un guide : explications sur la construction et le

fonctionnement du barrage.Le barrage de Bort est l’ouvrage le plus en amont et le plus important

de la Dordogne.Construit de 1942 à 1945, il aété mis en service en 1952. Le chantier a employé

jusqu à 1900 personnes ce qui avaitconduit à la création d’unevéritable petite ville avec ses quartiers,

ses commerces et son école. Haut de 124m,large de 390m à sa crête avecune épaisseur de 80m à la base

et de 8m au sommet,sa retenue s’étend sur 1073haet 21km en amont.Ses 2 turbines peuvent produire

310GWh d’électricité par an ce qui correspond à la consommationd’une ville de 120 000 habitants.


Bort les Orgues/ St Julien Près Bort
Distance : 16 Km
Dénivelé : + 660 Mètres/- 490m
Durée : 5h00
météo : ensoleillé et chaud


Départ de Bort les Orgues à 11h30 pour un dénivelé positif de 320 m qui nous amène au belvédère

surplombant laville à 12h30. Un petit repos bien mérité le temps du pique nique à l’ombre des arbres.

Vue magnifique sur le Sancy,le Cantal et les Orgues. Puis, traversée de plusieurs hameaux et villages,

Puy de Bort, Saunat, Lagrange, Cronzat avant d’arrivée à l’entrée de St Julien Près Bort.

Petit détour pour aller au site de St Nazaire.


Taxi du site de St Nazaire pour le camping le Maury (commune de Liginiac) lieu d’hébergement

des samedi etdimanche soir.


Site de St Nazaire : situé au confluent de la Diège et de la Dordogne, il offre un beau point de vue

sur la haute vallée de la Dordogne et la retenue du barrage de Marèges. En 1884, le curé de

St Julien Près Bort créa sur ce promontoireun chemin de croix et en 1901 lors d’une procession,

la statue de St Nazaire fut placée à son sommet, à proximitédu calvaire où elle se trouve toujours.

La légende veut que St Nazaire chassa le diable des hauteurs qui dominent laDordogne,

en l’aspergeant d’eau bénite ; sur ce site auraient existé, en des temps anciens, une église dédiée à ce
saint et un petit village.
Belles hêtraies entre Bort et le belvédère, et puis entre Puy de Bort et Saunat avec notamment

une étonnante zone d’éboulis de gros rochers éparpillés dans la forêt.
Au site de St Nazaire, survol du groupe à basse altitude par un milan royal.
Barrage de Marèges: situé sur la commune de Liginiac, c’est le plus ancien des barrages de la

Dordogne. Construit de 1930 à 1935 par des ouvriers dont beaucoup étaient d’origine étrangère,

il mesure 90 m de haut et sa retenue couvre 200ha et s’étend sur 15km.

 

 

                                                  pho11.jpg

 

 

JOUR 2

St Julien Près Bort/ Camping le Maury
Distance : 22,50 Km
Dénivelé : +845m/-834m (topo et open runner), +825/-830 montre altimètrique d’Yves
Durée : 7h30 mn
météo : ciel couvert le matin se dégageant l’après midi. Temps lourd et humide

(certains faisant référence à une température tropicale)


Dimanche matin retour à St Julien Près Bort en taxi. Après la traversée du village de Laborde,

descente sur la Diège,affluent de la Dordogne par le « sentier de Patou », beau parcours dans

les bois jusqu’au pont de Rotabourg. Puy Sivadou, hameau de Rotabourg, Roche le Peyroux,

Val Beneyte, château d’Anglard, descente sur le ruisseau del’Artaude, remontée sur village de

Chaux, passerelle de l’Eau Large, Juillac, Liginiac, Pisse Lèbre, Manzagol, LeMaury.


St Julien Près Bort: église du Xlle siècle, puits à balancier : attestée dès l'Antiquité, courante

au Moyen Age, la technique était répandue de la France au Japon. Elle se rencontre non seulement

en Extrême-Orient, en Afrique occidentale, en Afrique du Nord, mais également dans toute l'Europe.

Rien qu'en France, en 1986, il subsistaitquelques exemples de balanciers dans au moins 36 départements

dont la Corrèze.Le balancier à tirer l'eau est un ingénieux dispositif élévateur reposant sur le principe du levier

appuyé en son milieu sur un pivot et portant à un bout un récipient et à l'autre un contrepoids. Il suffit de faire

varier le poids d'un des bras du balancier pour imprimer à ce dernier un mouvement de bascule.

Installé au-dessus d'un puits, d';une citerne, d'une mare, d'un cours d'eau, ce système de levage

transformait en jeu d'enfants ce qui pouvait être autrement une corvée.

 

Eglise romane Saint-Pardoux du XIIe siècle et presbytère de Roche le Peyroux :
Belvedère de Roche le Peyroux: vue sur la retenue de Marèges et le site de St Nazaire
Belvèdère de Val Beneyte ( Vallée bénite) : il y a 100 ans un ermite serait venu vivre

au bord de la Dordogne à ValBeneyte. Un monastère y fut édifié en souvenir de ce religieux (St Leobon)

que les gabariers invoquaient contre le mal des Ardents. On raconte que lorsqu’ils étaient arrêtés par une crue

ou par le mauvais temps, les gabariers recevaient l’hospitalité des moines pour lesquels ils effectuaient des

travaux en contrepartie. Fermé au début dusiècle dernier, le monastère a été noyé en 1935 lorsque

le barrage de Marèges a été mis en eau.

Roc Grand et Saut de Juillac : il faut quitter le chemin et emprunter une petite sente escarpée pour

arriver au point de vue de Roc Grand ( vue sur la vallée de la Dordogne et le château d’Anglard)

et à la cascade(site classé) d’une trentaine de mètres de haut.

 

 

 

 

                                         pho12.jpg

 

 


Liginiac : ensemble architectural remarquable autour de l’église romane du Xlle dont les portes sont

décorées de peintures en fer forgé du Xlllè (classées), et de la mairie.
Vue sur les ruines du château de Peyroux.
Le matin au cours de trajet en taxi , traversée de la route par un chevreuil, nombreuses traces sur le

sentier de Patou.

 

 

JOUR 3

Camping Le Maury/ Le Vent Haut
Distance : 24,50 Km
Dénivelé : + 905m / - 1136m(topo et open runner), +680/-700 (montre Yves)
Durée : 6 H 45mn
Météo : pluie pendant la nuit, au lever et pendant le petit déjeuner mais qui s’arrête dès notre départ.

Temps couvert le matin, ensoleillé à partir de 13h.


Départ du camping le Maury après avoir enfilé cape et pantalon de pluie( le chemin passe derrière

les gîtes où nous avons dormi) que nous quitterons rapidement , Labissière, Monanges , Sérandon,,

hameau de Sandère (superbe!),Château de la Charlane, Clémensac ( franchissement de la méridienne verte),

Bevédère de Gratte Bruyère, descente vers la mise à l’eau de Lanau par une petite sente réouverte par l’association

de villages en barrages ( enfin nous sommes au bord de la Dordogne!!), remontée sur le hameau des Ages,

la Renaudie, descente sur le Moulin de Tony au bord de la Triouzoune, remontée au hameau de Fontloube,

les Vents hauts ( ancienne école).

 

Avant Labissière, le chemin emprunte le tracé de l’ancien transcorrézien (Tacot) : Inauguré en 1913 par

Raymond Poincaré alors Président de la République, il sillonna la campagne corrézienne jusqu'à sa

disparition en 1960. Au total plus de 190 kilomètres de lignes pour une activité tant marchandises que

voyageurs,reliant Tulle et Ussel avec pas moins de 15 arrêts.
Sérandon: église romane Ste Radegonde (Xlle et XVe), une des plus belle du Limousin, avec un porche

orné de personnages et d’animaux sculptés, surprenant clocher
sur la place, cadran solaire analemmatique :l’heure est donnée par la direction de l’ombre du style qui

indique l’azimut du soleil. Les autres types de cadran utilisent la hauteur du soleil.


Méridienne verte: projet de l’architecte Paul Chemetov, pour les cérémonies de l’an 2000, afin de matérialiser

le méridien de Paris qui traverse la France du Nord au sud ( de Dunkerque à Prats de Mollo La Preste)

en plantant des arbres tout au long de son tracé. Une plaque commémorative présente à Clémensac près

du site de Gratte Bruyère indique la distance avec le pôle sud : 15000kms).

Site de Gratte Bruyère : vue sur la retenue de l’Aigle et le mélange des eaux de la Dordogne et de la Sumène
(affluent rive gauche).
Faune: écureuil, faucon pèlerin , chevreuil
Flore : campanules, ancolies, marguerites, orchis, que nous reverrons aussi les jours suivants
Nombreux cerisiers avec de beaux fruits bien mûrs mais un peu hauts pour tous nous satisfaire,

et comme depuis plusieurs jours, nombreuses girolles qui nous narguent sur les chemins et les talus,

quelques cèpes.

 

JOUR 4

Le Vent Haut/ Spontour
Distance : 21 Km
Dénivelé : + 740m / - 1030m(topo et open runner), +630/-920 (montre Yves)
Durée : 7h10 mn
Météo : belle dès le matin


Départ du vent haut avec le soleil, descente sur une piste jusqu’au ruisseau de l’Héritier que l’on

franchit avant de remonter sur le plateau,Croix de Layre, descente sur petite sente pour rejoindre

la route et le pont de Lamirande. Là un panneau indiquant la Chapelle de Lamirande ( chapelle

de Nauzenac déplacée lors de la mise en eau du barrage de l’Aigle) nous sortons de notre itinéraire

pour nous y rendre. Mais après avoir fait près d’un kilomètre sur le goudron
nous renonçons car elle paraît encore bien loin. Redescente sur le pont de Lamirande, puis montée

jusqu’au Village du Mons, la Terrade, ruisseau du Pont Aubert, Lafage, Le Pescher, Le Bourly, Durfort,

puis petite sente boueuse et glissante jusqu’à Spontour.
Pont de Lamirande : arrivée par une galerie souterraine de 7kms d’une partie des eaux de la Luzège

et du Pont Aubert qui se jettent dans la retenue de l’Aigle, cascade sur le ruisseau de Lachaud.
Spontour : port d’embarquement et centre de chantiers de construction de bateaux traditionnels

à fond plat, les gabares. Du XVIIe au début du XXe, ces activités faisaient vivre à Spontour une population

de bateliers, de bûcherons, de charpentiers, de pêcheurs et de maraîchers.
Barrage de l’Aigle: haut de 90m, il a été édifié de 1939 à 1945, avec jusqu’à 1500 ouvriers en 1942,

sa retenue s’étend sur 750ha et25km.
Petits lapins qui traversent les chemins, odeurs des tilleuls et des rosiers anciens,fraises des bois

qui régalent les gourmandes, et toujours girolles et cèpes. Ce jour là nous ne résistons plus et au

fur et à mesure de notre cheminement, faisons une belle cueillette. Le soir nous préparons une

belle poêlée de champignons. Un grand merci à la personne responsable du gîte qui nous a fourni

huile, ail et sel.

 

 

 

                                       pho10.jpg

 

                                          

 

***********************

JOUR 5

Spontour / St Merd de Lapleau
Distance : 27 Km
Dénivelé : + 933m /- 620m(topo et open runner), +1055/-705 (montre Yves)
Durée : 8h30 m
Météo : ciel dégagé le matin avec un peu de vent sur les plateaux, se couvrant en fin de matinée,

retour du soleil
l’après midi.


Belle ascension dès le départ jusqu’au hameau de Poumeyrol, avant de redescendre pour traverser

la D166 et remonter jusqu’au hameau de Chalimont, la Sialve, May, descente vers la Luzège sur

une piste forestière sur laquelle un panneau indique un effondrement de rochers et l’interdiction

de l’emprunter.Nous continuons malgré tout et trouvons quelques centaines de mètres plus bas

l’effondrement annoncé. Ayant eu lieu à l’automne précédent, un passage a depuis été fait côté

ravin par d’autres randonneurs,panoramasur le Viaduc des Rochers noirs,franchissement de la

Luzège au Pont Rouge, Laval sur Luzège, cheminement le long de la Luzège avant de remonter 

sur L’Echamel, l’Herbeil, Ruisseau de la Sombre,Dillanges à partir duquel nous laissons le sentier

de Villages en Barrages pour emprunter le GR du paysde Lapleau au dénivelé moins important

qui rejoint à nouveau le sentier juste avant La Chapeloune, Beunac, Le Peuch, St Merd de Lapleau

( Hors sentier à 1 km de le Peuch).

 

Viaduc des Rochers Noirs : Ce pont suspendu sur la Luzège fut construit en 1911(92m de hauteur

et 160 m de long) pour relier les communes de Sourzac et de Lapleau par le Transcorrézien

(Tacot). La ligne ferroviaire fermant en1959, l’ouvrage a été converti en pont routier jusqu’en

1982 puis ouvert uniquement aux piétons et inscrit à l’inventaire des monuments historiques.

En 2005, il a été fermé à toute circulation pour des raisons de sécurité et une passerelle a été

aménagée un peu au dessous pour permettre aux promeneurs de franchir la gorge.
Laval sur Luzège : magnifique petit village à l’architecture remarquable, église du XIIe

avec un clocher mur à 2 baies, belles demeures couvertes en lauzes dont certains

éléments remontent au XIVe ou au XVe. Dans le bourg,l’abreuvoir n’est autre qu’un

sarcophage réemployé.

 

 

                                           pho11.jpg

 

 


L’herbeil: coquet hameau avec sa magnifique petite chapelle St Simon. et un peu avant
Dillanges au chêne dit « de Bill . St Merd de Lapleau : le nom du village vient de St Médard.

Eglise du XIIIè agrandie par la suite, qui se trouve sur le chemin qui allait autrefois de Vezelay

à St Jacques de Compostelle via Rocamadour et où les pélerins faisaient halte.


Et toujours des champignons que nous cuisinerons le soir.
Remerciements à la sœur et beau frère de Mireille qui nous ont apporté tout le ravitaillement

nécessaire pour le repas du soir, le petit déjeuner, et le pique nique du lendemain car aucune

possibilité de restauration ni de courses dans le village. D’ailleurs un randonneur imprévoyant

sur le GR de Pays a été content de profiter de notre surplus de nourriture...

 

***********************

JOUR 6

St Merd de Lapleau / St Martin la Méanne
Distance : 26 Km
Dénivelé : + 980m / - 1110m(topo et open runner), +775/-820 (montre Yves)
Durée : 8h30
Météo : beau temps


De St Merd de Lapleau il faut retourner au Peuch pour retrouver le sentier, passer la Védrenne

pour descendre doucement vers le moulin et le pont de Gire, puis remonter sur Vergne.

Après la traversée du ruisseau des Ogaries,aller retour jusqu’au point de vue du Roc des Busatiers,

avant de redescendre par un chemin tout d’abord pavé passant devant le fauteuil de Dieu faisant

face à un faucon, puis rocailleux vers jardin des Bardots que nous traversons. Remontée

avant de redescendre vers le ruisseau du Gibiat puis nouvelle remontée jusqu’au village de
Brigoux. Nous gagnons directement Couffinier sans faire le détour dans les bois prévu par le topo.

Ruisseau des Firgues, Soumaille, Murat, Seyt, laval, Gramond, Saint Martin la Méanne.
Roc des Busatiers: beau panorama sur les gorges de la Dordogne. Avec un peu de chance

nous aurions pu y voir l’aigle botté ou le milan royal y prendre leur envol.

 

 

                                                    pho12.jpg

 

 

Jardin de Bardot : cultures en terrasses sur 1500m 2 descendant jusqu’à la Dordogne dont

l’origine remonte à unsiècle. Créées par Joseph et Maria MAS surnomés Bardot (nom de la maison

des grands parents de Joseph) après leur retour du bordelais, ils récoltaient des fruits jusqu’alors

inconnus dans la région notamment des fraises et despêches qu’ils vendaient aux habitants de la région.


Station photovoltaïque de Gros Chastang (à l’entrée de Soumaille): mise en service en juin 2015,

sur un terrainde 17 hectares 37 000 panneaux solaires produisent de l'électricité pour près de

8 000 habitants. Tous cespanneaux sont traqueurs : ils suivent automatiquement le déplacement

du soleil pour capter la moindre parcelle de lumière, ça vaut mieux dans une région au ciel souvent

couvert comme le Limousin.


Gramond : hameau pittoresque dont les belles ruelles appelées « corrijoux, » sont bordés de

murets et de belles demeures du XVIIe dotées de tours. pierres
St Martin la Méanne : le nom de la commune est lié au saint patron de l’église (St martin de Tours)

et à sa position géographique : la Méanne traduit la position médiane du bourg, bâti sur un petit

plateau entre les gorges du Doustre à l’ouest et la vallée de la Dordogne à l’est. En face de l’église

qui date du XIIe , belle gentilhommière à tour ronde.

 

 

***********************

JOUR 7

St Martin la Méanne/Argentat
Distance : 19 Km
Dénivelé : + 870m / - 1160(topo et open runner),
Durée : 6h
Météo : quelques gouttes de pluie au départ qui stoppent rapidement, une averse plus importante

d’environ 1 heureau cours de la matinée puis retour du soleil.


St Martin la Méanne, Lavastroux, descente en lacets avec une vue sur le barrage du Chastang,Serval,

Saint Martial d’Entraygues, Roc Castel avec vue sur le barrage du Sablier et Argentat, passage sur le

Doustre affluent de la Dordogne, remontée vers le hameau d’Aumont, hameau de la Charrière,

Le Longour, entrée dans Argentat ensuivant la Dordogne jusqu’aux quais où se termine ce

périple de + de 150Kms.
Barrage du Chastang : construit de 1947 à 1952, haut de 85m, épaisseur de 47m à la base. Retenue

de 706ha qui remonte sur 31km en amont.
Saint Martial d’Entraygues: Saint Martial fut le 1 er évêque de Limoges et Entraygues signifie

« entre les eaux » le bourg étant perché entre la vallée de la Dordogne et celle du Doustre.

L’église datant des XIIe et XIVe est pourvue d’un porche mur à 2 baies dont l’une des 2 cloches

datant de 1713 est classée au titre des monuments historiques.
Barrage du Sablier :à 2kms d’Argentat, il a été construit de 1952 à 1957, avec pour fonction entre autres

, de réguler les variations de débit entraînées par les lâchers des barrages situés en amont. Haut de 31m

sa retenue s’étend sur106ha et 6,5km.


Argentat: le nom d’Argentat vient d’un mot celte latinisé qui signifie « passage du fleuve « . Capitale

des gabariers, la ville connut une grande prospérité du XVIe au XVIIe grâce à la batellerie. De cette époque

datent les belles demeures à tourelles des quais.

 

 

                                                     pho13.JPG

 

 

***********************

Tout au long du parcours : magnifiques forets de chênes, de hêtres ou de châtaigniers, petit

patrimoine vernaculaire intéressant, puits, fours à pain, fontaines, croix, séchoirs à châtaignes.
Un petit clin d’oeil à Jean Louis et Mireille pour rappeler la particularité des fils de téléphone

corréziens qui préfèrent être soutenus par les arbres plutôt que par les poteaux prévus à cet effet.


***********************

Terrain : en majorité de beaux chemins ou sentes en sous bois, quelques chemins goudronnés

et des petites routes.
Hébergements : dans l’ensemble très confortables. Pour le dernier soir au camping

de St Martin La Méanne la location d’un chalet supplémentaire aurait été nécessaire pour

apporter plus d’aisance.

Restauration: copieuse et de bonne qualité.
Très bon accueil avec une mention particulière au gîte du Vent Haut : boissons et gâteaux offerts à l’arrivée.



20/07/2018
0 Poster un commentaire