Le blog d'Atlas Aventure

Dim 12/07/2020 Forez Autour du col du Béal

Animateur : Thierry

Nombre de participants : 8 animateur compris (5F, 3H)

Météo : soleil et température agréable- frais et venté sur les crêtes le matin

Distance : 26 km(mon GPS)

Dénivelé : 900 m (mon GPS)

Durée : 7h20 pauses comprises

Classement Atlas : Moyenne

Kilométrage auto : transport en covoiturage avec 2 voitures de Clermont pour 160 km soit 320 kms

 

Itinéraire: col du Béal, col de la Chamboite, descente vers le Sagnasson, les Traverses, les Côtes, D6, le Supt, Chante-Bécasse, l'Olme, c, proximité de Pré Chétif, Laparent, Chanoland, les Rochettes, en HP plein nord vers chemin d'exploitation à proximité Chénelette, le Cheix, PC 1172, HP plein sud vers Loges de la Lite, bois des Deux Boules, GR 3 jusqu'au col du Béal

 

 

 

 

          DSC05075-min.JPG                   DSC05080-min.JPG

 

 

 

 

 

Départ venté et dans la fraicheur au Col du Béal. Parking encore désert avec quelque VTTistes, électriques à 99%. Direction plein sud vers Pierre sur Haute par la crête avec une vue à l'ouest allant de Tournoël jusqu'au Plomb du Cantal et plus au sud encore. Sacrée vigie ! Nous bifurquerons Est-Nord Est avant d'arriver à Pierre sur Haute ce qui nous évitera le paysage un peu pollué par les antennes et les télésièges. Une route militaire joint le col du Béal au centre d'écoutes de l'Armée. Rien de particulier à signaler dans la descente vers le Supt sur des chemins forestiers puis des petites routes desservant de belles longères bien restaurées. Certainement les maisons de campagne des habitants des villes de la plaine du Forez (prononcer Foré). Nous apercevons au loin perchée sur un gros rocher une vierge. Ce sera finalement l'objectif qu'on se donnera pour notre fin de matinée. Nous y arrivons par un sentier fraîchement tracé dans la pinède au milieu des myrtilliers. Ce sentier nous amène au pied du Roc de l'Olme. C'est un site d'escalade avec près de 35 voies pas trop difficiles, maxi 5C, donc site d'initiation très sympathique. Quelques grimpeurs sont à l'oeuvre. Nous déjeunons un peu à l'écart pour ne pas les déconcentrer. Le département a installé une petite via ferrata qui coupe les voies. Elle ouvrait ce dimanche 12... Mais personne dessus.

 

 

 

               DSC05084-min.JPG                   DSC05111-min.JPG

 

 

 

 

Après la pause nous montons dans le bois pour parvenir au sommet du Roc surmonté de sa Vierge du Roc de l'Olme. Petite photo souvenir faite par le membre d'un groupe de VTTistes pique niquant au sommet. La suite du chemin est agréable sur de beaux chemins d'exploitation mi-forêt, mi paysage ouvert avec le passage à proximité de fermes sinon à l'abandon tout au moins peu habitées. Auprès de l'une d'elle, perchée sur une crête donnant sur la vallée de Jeansagnières que nous avions remontée lors d'une rando précédente autour du col de la Loge cet automne, nous avons trouvé une belle fontaine à la belle eau courante qui nous a bien rafraichi. Ces fermes d'altitude servaient à la fabrication de la fourme de Montbrison : les femmes et les enfants s'occupaient des bêtes montées à l'estive de mai à octobre et de la fabrication du fromage pendant que les hommes restés en bas dans la plaine moissonnaient et fauchaient l'herbe pour l'hiver. Toute cette vie rurale a disparu dans l'immédiat après-guerre, comme chez nous ! 

 

 

 

                                                         DSC05122-min.JPG

 

 

La suite de la rando a été un peu plus chaotique car les sentes tracées sur la carte étaient difficiles à retrouver dans cet épais bois de Bozonnan. Nous étions dans les soupcons de HP annoncés sur le répondeur ! Descente dans le bois jusqu'au chemin d'exploitation qui nous ramenait plein ouest vers le Cheix puis à nouveau plein sud en HP pour remonter sur le plateau à proximité des Loges de la Lite que nous avions vues également dans la rando cet automne. C'était l'occasion de se désaltérer avec les myrtilles bienvenues que nous foulions "le plus délicatement" possible. Le reste de la rando n'était plus qu'une formalité avec l'emprunt du GR3 jusqu'au Béal... Le parking désert le matin débordait de véhicules de toutes sortes et c'est une "foule" de promeneurs du dimanche qui nous "accueillait" : elle nous dissuadait même d'aller boire le petit coup de l'amitié de l'auberge du col ... Dommage ! Mais pas de regret: nous partions une fois de plus avec de belles images de cette belle moyenne montagne dans les yeux.



17/07/2020
0 Poster un commentaire